Déodorant naturel, 100% efficace et pas cher

Hé bien tout d’abord, je voudrais remercier Manu, grâce à laquelle j’ai testé cette efficacité.

J’avais déjà utilisé des produits en contenant, mais je n’avais jamais testé pur.

Pas besoin de complications ! Mettez dans vos mains un peu de bicarbonate de soude en poudre, appliquez sous les aisselles (voire les pieds) après la douche, et vous constaterez qu’aucune odeur ne se développera.

Merci à Cat pour l’idée : un piceau à poudre (maquillage) peut être « trempé » dans le pot et servir à l’application.

Après avoir testé ça, on se pose vraiment des questions sur les myriades de déodorants dans les supermarchés, qui sont tous d’une efficacité extrêmement relative, et la plupart apportant en plus des produits toxiques au corps.

Ces dernières années, j’avais testé pas mal de produits bio, dont je n’avais pas trouvé l’efficacité très concluante.

J’avais imaginé une formule de déodorant avec des huiles essentielles, bien mais pas parfaite, surtout quand on est allergique aux huiles essentielles sous les aisselles (ce qui est mon cas).

Pour rendre la chose un peu plus glamour, vous pouvez mettre de la poudre de bicarbonate de soude dans un petit pot en verre, y faire tomber quelques gouttes d’une huile essentielle de votre choix (attention à en choisir une qui n’est pas caustique pour la peau : par exemple oubliez la cannelle, l’origan, le thym, le clou de girofle…), et secouez bien après avoir laissé reposer une journée pour bien répartir.

Le geste est simple, rapide, parfaitement efficace, et ne laisse même pas de traces blanches sur les vêtements noirs… que demander de plus ?

Il est probable que l’efficacité du bicarbonate de soude dans ce domaine soit due à la neutralisation de l’acidité.

Donc, encore une fois : merci Manu !

Christine Lapchin – Naturopathe

Publicités

Cakilier maritime – Cakile maritima – Brassicacées

Encore appelé roquette de mer, tétineimage de souris…

Plante alimentaire de la famille du chou, dont on retrouve la saveur dans ses feuilles charnues et salées.

Crue ou cuite, cette plante savoureuse embellira des salades composées, et ses fruits vous rappellerons le piquant de la moutarde.

Comme son nom l’indique, vous la trouverez en bord de mer, elle pousse dans le sable .

Bon appétit !

Christine Lapchin – Naturopathe

Action de notre association

 

268242_660542807296038_867341923_nLe fonctionnement de l’association Ortie, Pissenlit et Compagnie a permis de donner à Pema et Sonam de quoi payer 5 mois de loyer, ce qui leur permettra de mieux assurer l’avenir de leurs 3 enfants.
Pema et Sonam ont envoyé leurs 3 enfants du Tibet à l’inde il y a une dizaine d’années, sachant que traverser l’Himalaya à pieds est fort périlleux.
Ils ont pu rejoindre leurs enfants à Dharamsala il y a 4 ans, traversant à leur tour l’Himalaya à pied.
ils tiennent un stand de châles et bijoux. Pema m’a offert un beau châle en laine de yak, et une bague en argent. Ce soir-là, l’association Phytocorsa avec laquelle nous travaillons avait invité tous nos amis tibétains pour partager un repas pantagruelique !

Christine Lapchin – Naturopathe

 

 

 

 

 

 

Les Tibétains réfugiés

Umbrella

 

IMG_8077

 

Tashi à droite

Tashi à droite et le chef de l’atelier de peinture de tankhas à gauche

Peintre de Tankhas

Peintre de Tankhas

Il y a aujourd'hui plus de chats à Dharamsala que la première fois où j'y suis allée, il y a 4 ans. Nos amis Tashi et Yangdol ont adoté un couple de chats, ils les font profiter de leurs restes.

Il y a aujourd’hui plus de chats à Dharamsala que la première fois où j’y suis allée, il y a 4 ans. Nos amis Tashi et Yangdol ont adoté un couple de chats, ils les font profiter de leurs restes.

IMG_8062

 

Concombre amer

Concombre amer

IMG_8053

 

IMG_8049

 

IMG_8048

 

Temple de Khamtu Rinpotché - Padmasambhava

Temple de Khamtu Rinpotché – Padmasambhava

Sublime temple de Khamtu Rinpotché

Sublime temple de Khamtu Rinpotché

IMG_8039

 

Temple de Khamtu Rinpotché

Temple de Khamtu Rinpotché

 

Mousson

Mousson

 

Mousson

Mousson

Mousson

Mousson

 

IMG_8006

IMG_8002

 

IMG_7999

 

Cedrus deodara

Cedrus deodara

IMG_7992

 

IMG_7980

 

IMG_7977 IMG_7971

 

IMG_7969

 

IMG_7964

 

IMG_7961

 

IMG_7960

 

IMG_7959

 

 

Surveillance très active du stand avec des cookies installé juste au-dessous... les Tibétains lui ont donné quelques gâteaux pour calmer ses ardeurs

Surveillance très active du stand avec des cookies installé juste au-dessous… les Tibétains lui ont donné quelques gâteaux pour calmer ses ardeurs

Douche nature

Douche nature

 

pendant la pluie ils prennent leur douche...

pendant la pluie ils prennent leur douche…

 

IMG_7938

 

IMG_7933

 

IMG_7930

 

IMG_7926

 

Fille de Tashi et Yandol

Fille de Tashi et Yandol

Yandol, épouse de Tashi

Yandol, épouse de Tashi

Pique-nique - Un petit amateur de restes Les chiens sans famille sont très nombreux et amicaux

Pique-nique – Un petit amateur de restes
Les chiens sans famille sont très nombreux et amicaux

Pique_nique tibétain Tashi Dorjee et ses enfants

Pique_nique tibétain
Tashi Dorjee et ses enfants

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

IMG_7888

 

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

Norbulinka

IMG_7868

 

Norbulinka temple

Norbulinka temple

Norbulinka

Norbulinka

IMG_7851

 

IMG_7843

 

IMG_7837 IMG_7831

 

IMG_7824

Les cîmes

Les cîmes

 

Smoothie pommes/kiwi fenouil sauvage

DSCN8963 DSCN8965 fenouilLe fenouil est très courant, même dans le nord de la France.

En ce moment il sort ses feuilles faites de filaments verts, comme les feuilles du fenouil bulbeux que l’on trouve en magasin. En froissant une feuille, vous pourrez retrouver son parfum particulier et fort, sans risque de vous tromper.

Il est préférable de choisir des jeunes feuilles, tendres, plus âgées elles sont plus coriaces et ont une petite amertume.

– Prenez deux pommes bio, ne les épluchez pas, retirez juste le coeur,

– deux jeunes feuilles de fenouil,

– deux kiwis, épluchés, eux !

– une banane

– un peu d’eau

– un peu de gingembre si vous aimez.

Mettez tout ça dans un blender, et en route pour un smoothie !

C’est délicieux, vous aurez votre dose de fruits minimale pour la journée, vitamines, oligo-éléments, antioxydants etc., et vous bénéficierez des richesses d’une plante sauvage : le fenouil.

Les bienfaits du gingembre, ce sera pour un autre épisode !

Vous pouvez venir apprendre à reconnaître et à utiliser les plantes sauvages en suivant nos formations, renseignements ici.

Régalez-vous !

Christine Lapchin – Naturopathe

Plantes sauvages : ne pas faire n’importe quoi !

 

imageCe que je lis dans un groupe de personnes crudivores sur Facebook m’effraye et m’inspire ce post.

Il y a des personnes qui, partant du principe que le naturel n’est pas dangereux, pensent qu’il est facile et pas dangereux d’identifier des plantes vaguement, par photo, et que l’on peut les inclure avec bénéfice dans des jus végétaux.

Si cela est vrai pour un certain nombre de plantes, pour d’autres, comme plusieurs de la famille des Apiacées (ex Ombellifères), cela pourrait vous conduire à l’hôpital, voire entre 4 planches… en effet, il y a des plantes que l’on ne peut identifier qu’en prenant en considération tous leurs aspects, y compris les graines.

Ne cueillez que les plantes que vous êtes certains d’avoir bien identifiées, sans aucun doute possible.

Dans mes formations, je ne parle que des plantes pour lesquelles il n’y a aucun risque de se tromper avec les facteurs d’identification que je donne. Il n’y a alors aucun risque de confusion avec une plante toxique pour peu que l’on prenne en compte mes indications.

De la même façon, sur ce groupe de crudivores, certains ont été très étonnés que je conseille un lavage sérieux, avec trempage dans de l’eau vinaigrée. C’est très important, surtout lorsqu’on consomme les plantes crues ! Et pour celles qui poussent en milieu humide, comme le cresson, je conseille de ne PAS les consommer crues, mais au minimum blanchies (passées au minimum 30 secondes dans de l’eau bouillante).

Rappelez-vous : ce n’est pas parce que c’est naturel que cela est sans danger. La meilleure prévention d’accidents est la connaissance.

Christine Lapchin – Naturopathe et enseignante en reconnaissance et utilisation des plantes sauvages en ile de France

Formations plantes sauvages Ile de France

imageNous organisons des formations à la reconnaissance et l’utilisation des plantes sauvages comestibles et médicinales en Ile de France.

Les formations existent sous deux formes :

Par demi-journées au bois de Vincennes

Prochaines dates le 26 mai et le 30 juin (dimanches)

Par journées entières en Seine-et-Marne, accessible par le train. Canal du Loing ou forêt de Fontainebleau

Prochaines dates le 16 juin et le 7 juillet (dimanches)

Pour plus de renseignements et réservations, visitez le site de l’association Ortie, Pissenlit & Compagnie

Christine Lapchin – Naturopathe

 

Previous Older Entries