Déodorant naturel, 100% efficace et pas cher

Hé bien tout d’abord, je voudrais remercier Manu, grâce à laquelle j’ai testé cette efficacité.

J’avais déjà utilisé des produits en contenant, mais je n’avais jamais testé pur.

Pas besoin de complications ! Mettez dans vos mains un peu de bicarbonate de soude en poudre, appliquez sous les aisselles (voire les pieds) après la douche, et vous constaterez qu’aucune odeur ne se développera.

Merci à Cat pour l’idée : un piceau à poudre (maquillage) peut être « trempé » dans le pot et servir à l’application.

Après avoir testé ça, on se pose vraiment des questions sur les myriades de déodorants dans les supermarchés, qui sont tous d’une efficacité extrêmement relative, et la plupart apportant en plus des produits toxiques au corps.

Ces dernières années, j’avais testé pas mal de produits bio, dont je n’avais pas trouvé l’efficacité très concluante.

J’avais imaginé une formule de déodorant avec des huiles essentielles, bien mais pas parfaite, surtout quand on est allergique aux huiles essentielles sous les aisselles (ce qui est mon cas).

Pour rendre la chose un peu plus glamour, vous pouvez mettre de la poudre de bicarbonate de soude dans un petit pot en verre, y faire tomber quelques gouttes d’une huile essentielle de votre choix (attention à en choisir une qui n’est pas caustique pour la peau : par exemple oubliez la cannelle, l’origan, le thym, le clou de girofle…), et secouez bien après avoir laissé reposer une journée pour bien répartir.

Le geste est simple, rapide, parfaitement efficace, et ne laisse même pas de traces blanches sur les vêtements noirs… que demander de plus ?

Il est probable que l’efficacité du bicarbonate de soude dans ce domaine soit due à la neutralisation de l’acidité.

Donc, encore une fois : merci Manu !

Christine Lapchin – Naturopathe

Publicités

La feuille de goji, atout minceur, mieux que le thé vert !

imageNous commençons à bien connaître le thé vert, et son effet incontournable anti-âge, antioxydant, détoxiquant, amincissant,

MAIS qui contient de la théine et beaucoup de tanins.

La théine est un alcaloïde qui comporte une certaine toxicité et se comporte comme un excitant.

Les tanins rendent malades certaines personnes, qui vont jusqu’à vomir quand ce breuvage arrive dans un estomac vide, et de plus les tanins, pris avec un repas, réduisent beaucoup l’absorption du fer, ce qui est très problématique principalement pour les femmes, dont nombre d’entre elles sont en état d’anémie.

Le thé vert, malgré ses nombreuses qualités, est donc loin d’être idéal. Pourtant, ce serait parfait de pouvoir trouver toutes ses qualités indéniables dans le domaine du bien-être dans un autre produit.

Une alternative bien meilleure a été trouvée : l’infusion de feuilles de goji.

Celle-ci, pourvu que les feuilles proviennent de plants n’ayant pas encore porté de fruits, est plus riche en anti-oxydants que le thé vert, ne comporte pas de théine ni aucun excitant, et quasiment pas de tanins.

On peut donc laisser infuser les feuilles de goji aussi longtemps que l’on souhaite sans aucun inconvénient : l’infusion ne prendra jamais ce goût amer caractéristique des tanins du thé vert.

Le goût est proche de celui du thé vert, assez neutre, et du fait de l’absence de théine, elle peut être bue tout au long de la journée, y compris par les enfants. Le dosage pour une infusion est le même que pour du thé vert. Vous pourrez en trouver ici.

Christine Lapchin – Naturopathe

Shilajit et problèmes d’érection

imagesCA8E2A83Le shilajit est une substance utilisée dans les médecines traditionnelles ayurvédique et tibétaine. On le trouve dans les montagnes himalayennes. Il se présente comme un exudât qui suinte des rochesr, qui ressemble à du bitume.

Traditionnellement, il est utilisé contre le vieillissement, le stress, les problèmes sexuels masculins et même féminins, et toutes les formes de faiblesse.

En plus des 84 oligo-éléments, le shilajit contient des polyphénols, puissants antioxydants, à même de lutter contre le déséquilibre corporel et le vieillissement prématuré.

Plusieurs études scientifiques ont été menées, entre autres sur l’effet possible sur les difficultés sexuelles. Les résultats positifs, selon le docteur Girardin Andreani, pourraient être dus à la régulation des neurotransmetteurs, favorisant la lutte contre le stress, qui a comme on le sait un fort impact sur la vie sexuelle. Vous pourrez en trouver ici.

Christine Lapchin – Naturopathe

Toutes les études médicales sont disponibles sur le site www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed avec le mot clé shilajit

Huiles essentielles par la bouche : attention danger !

20130118-084120.jpgLes huiles essentielles à prendre par la bouche, ça peut être une très bonne idée, selon le souci que l’on a : problèmes intestinaux, hépatiques… la liste est longue.

On trouve souvent dans les livres des recettes, parfois très bonnes, comme par exemple ingérer une goutte d’huile essentielle de cannelle et une de clou de girofle en cas de souci intestinal, ou d’origan en cas de maladie infectieuse, gros rhume ou autre.

Le problème réside dans la façon dont il est conseillé d’ingérer ces huiles essentielles.

Attention, les huiles essentielles peuvent être TRES caustiques pour la peau et encore plus les muqueuses digestives. Elles ne le sont pas toutes, mais à défaut de bien les connaître, mieux vaux partir du principe qu’elles le sont toutes.

A ne JAMAIS faire : diluer des huiles essentielles dans une infusion, pour la bonne raison que les huiles essentielles ne se diluent pas dans l’eau.

On trouve souvent le conseil de déposer des gouttes d’huile essentielle sur un sucre, ou de les diluer dans une cuillerée de miel. Le hic, c’est qu’il n’y a pas dilution mais dispersion. Les huiles essentielles caustiques ne perdront pas leur capacité à brûler les muqueuses.

La seule façon de les ingérer sans danger, est de diluer deux gouttes d’huile essentielle dans au moins une cuiller à soupe d’huile, ce qui n’est pas très agréable, ou bien dans une cuiller de purée de fruit oléagineux, comme amande, noisette, sésame, arachide…

Si on fait très attention, que l’on est assez discipliné, on peut utiliser des variantes, à la condition expresse de consommer les huiles essentielles au milieu d’un repas, ou à la fin du repas :

– La cuiller de miel où on aura dilué 2 gouttes, pas plus, d’huile essentielle est alors acceptable,

– De même qu’ouvrir une gélule d’un produit naturel, gélule de pollen, ou d’une plante comme de la prêle, ou extrait de feuilles d’olivier, et y mettre deux gouttes d’huile essentielle avant de refermer et d’avaler. C’est à mon avis la meilleure façon, et la plus agréable, mais TOUJOURS AVEC UN REPAS.

Les huiles essentielles qui présentent une forte causticité sur la peau et les muqueuses sont celles qui contiennent beaucoup de phénols, ou d’aldéhydes aromatiques, les principales sont le thym (pas tous les thyms), l’origan, le clou de girofle, la cannelle, certains basilics, piment…

Moralité : dans le doute, prenez toutes les précautions….

Si vous voulez en savoir plus sur les huiles essentielles, vous pouvez trouver de plus amples informations dans mon livre : le secret des huiles essentielles.

A Bientôt !

Christine Lapchin – Naturopathe

Sport et huiles essentielles – Le livre à ne pas louper !

51eexjA6obL._SL500_Le voilà, enfin ! Il est sorti.

Pour qui ne connaît pas l’aventure de la publication, le plus long n’est pas forcément d’écrire, mais ce sont bien les multiples corrections et le temps de publication, pour enfin tenir entre ses mains un exemplaire du livre pour lequel on a tant travaillé.

Donc c’est une joie, même si forcément certaines choses ne correspondent pas à ce que je souhaitais, si certaines erreurs ont été faites, comme le changement du titre effectif dans les librairies, mais pas en impression…. donc le titre enregistré dans les librairies est « Sport et huiles essentielles ».

Mais, ce n’est pas grave, il est là, et grâce aux nombreuses recettes qu’il contient, aux explications que j’espère claires sur la composition des huiles essentielles, aux conseils nombreux, vous allez pouvoir améliorer non seulement vos performances sportives, mais aussi traiter toutes ces tracasseries qui ne sont pas juste le fait des sportifs : douleurs articulaires, tendinites, bleus, déchirures musculaires, désagréments hivernaux comme les rhumes, foie surchargé, intestins désagréables, mycoses diverses, irritations et allergies cutanées… et également douleurs musculaires, faire du sport par temps froid, déchirures musculaires, stress et trac…

Un topo sur la nutrition, sur quelques méthodes d’amélioration, vous permettra d’améliorer votre hygiène de vie et votre quotidien.

Vous pourrez le trouver ici, et sur toutes les bonnes librairies en ligne.

J’espère qu’il vous plaira, n’oubliez pas de me donner un retour par les commentaires !

Christine Lapchin – Naturopathe

La feuille de goji, anti-Alzheimer ?

imageComme je vous le disais dans un précédent post, les feuilles de goji (Lycium barbarum) sont particulièrement riches en catéchines, des antioxydants que l’on retrouve dans le thé vert.

Ces catéchines, en plus grosse quantité dans les feuilles de goji que dans le thé vert, ont des propriétés très intéressantes :

De très nombreuses études ont établi que la consommation régulière de catéchines procure une protection contre le cancer, les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, le vieillissement prématuré, les maladies cardio-vasculaires, et stimule les défenses naturelles.

Les catéchines exercent également une action importante sur le métabolisme des lipides, le drainage hydrique, donc le contrôle du poids.

L’avantage des feuilles de goji par rapport au thé vert, concernant spécifiquement la maladie d’Alzheimer, est la quasi absence de tanins.

Les tanins ont la propriété de se lier avec le fer au cours de la digestion. Selon une étude effectuée en Belgique il y a dix ans, la carence en fer favorise la fixation de l’aluminium dans le cerveau. Il commence à se savoir de manière générale aujourd’hui que l’aluminium est très incriminé dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

Il est indispensable de surveiller notre mode de vie pour éliminer le plus possible les occasions d’ingestion d’aluminium, mais nous ne pouvons tout éliminer. Il est bon de veiller à donner à notre corps les moyens de lutter lui-même contre la fixation de cette substance toxique.

La consommation d’infusion de feuilles de goji à la place du thé vert, par ses antioxydants et son absence de tanins favorise un taux de fer intéressant et la prévention du vieillissement cérébral. Je vous conseille également de consommer régulièrement de la spiruline, qui apporte du fer biodisponible.

Christine Lapchin – Naturopathe

La feuille de goji, atout minceur, mieux que le thé vert !

imageNous commençons à bien connaître le thé vert, et son effet incontournable anti-âge, antioxydant, détoxiquant, amincissant,

MAIS qui contient de la théine et beaucoup de tanins.

La théine est un alcaloïde qui comporte une certaine toxicité et se comporte comme un excitant.

Les tanins rendent malades certaines personnes, qui vont jusqu’à vomir quand ce breuvage arrive dans un estomac vide, et de plus les tanins, pris avec un repas, réduisent beaucoup l’absorption du fer, ce qui est très problématique principalement pour les femmes, dont nombre d’entre elles sont en état d’anémie.

Le thé vert, malgré ses nombreuses qualités, est donc loin d’être idéal. Pourtant, ce serait parfait de pouvoir trouver toutes ses qualités indéniables dans le domaine du bien-être dans un autre produit.

Une alternative bien meilleure a été trouvée : l’infusion de feuilles de goji.

Celle-ci, pourvu que les feuilles proviennent de plants n’ayant pas encore porté de fruits, est plus riche en anti-oxydants que le thé vert, ne comporte pas de théine ni aucun excitant, et quasiment pas de tanins.

On peut donc laisser infuser les feuilles de goji aussi longtemps que l’on souhaite sans aucun inconvénient : l’infusion ne prendra jamais ce goût amer caractéristique des tanins du thé vert.

Le goût est proche de celui du thé vert, assez neutre, et du fait de l’absence de théine, elle peut être bue tout au long de la journée, y compris par les enfants. Le dosage pour une infusion est le même que pour du thé vert. Vous pourrez en trouver ici.

Christine Lapchin – Naturopathe

Previous Older Entries